RSS
RSS

 
LE FORUM ROUVRIRA PROCHAINEMENT
Pour plus de détails, rendez-vous sur le lien
CLIQUEZ-ICI

Partagez|

Comme un fantôme du passé [Billy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité




❝ Invité ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Comme un fantôme du passé [Billy] Sam 1 Aoû - 19:00

Comme un fantôme du passé
« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis », V. Hugo
Billy ✧ Liz’

Le marché de Burlington faisait partie des plus grands marchés que je connaissais. Depuis mon arrivée dans cette coquette ville, je me plaisais de temps à autre à me rendre dans ce vaste marché. Je n’y faisais pas toujours mes courses de la semaine, je venais parfois, juste pour flâner dans les allées, apprécier les diverses couleurs, odeurs et saveurs qui allait m’envahir de toute part. Celui-ci se déroulait le plus souvent les mardis, jeudi et dimanche matin. Mes horaires de médecin me permettaient de pouvoir plus facilement aménager mes journées afin de pouvoir profiter de temps à autre de ces matinées là.

Aujourd’hui, j’avais besoin de quelques produits pour cuisiner chez moi. A vrai dire, je voulais accorder mon plat à cette bonne bouteille de vin que je m’apprêterais à déboucher ce soir. Je m’étais lancé sur l’idée d’une volaille aux petits légumes, agrémentées de diverses épices du marché.  Chaque fois que je me rendais au marché, la même tension me prenait aux tripes. Le souvenir d’un passé heureux, que j’effleurais du doigt à chacune de mes visites.  J’ai deux frères, ou devrais-je dire, j’avais autrefois deux frères. Billy, de cinq ans mon cadet, était celui avec qui je partageais le plus de choses. Nous étions très proches lui et moi. Enfants, nous passions beaucoup de temps à courir dans les allées du marché, se lançant des défis à voler la marchandise des vendeurs. Nous étions si complices lui et moi, et les années n’ont fait que renforcer cette étonnante complicité. Chaque fois que je me rends au marché, je pense à lui. Et si seulement c’était le seul lieu qui me faisait penser à lui ?! Le cinéma, le supermarché, le bowling, certains vêtements de ma garde robe qui autrefois lui appartenait, la ville de Quantico tout entière également… C’est pour ces raisons que j’avais si rapidement déménagée, après ma rupture avec Charlie et les enfants. Je ne pouvais assumer leur absence et la sienne en même temps. Il fallait que je change d’air.

Je marchais lentement dans les allées, l’air vide, songeant à un passé encore trop douloureux. Il est mort putain, il est mort ! Je serrais les dents à ses mots, n’acceptant toujours pas, malgré ses six années, la perte de ce frère que je considérais comme mon âme sœur. Etrange me direz vous ? Pas tant que cela : à mes yeux, des âmes sœurs ne sont pas forcément des êtres voués à s’unir en amour, ils s’accordent, se complètent. On peut le retrouver en un ami, un proche, un frère, une sœur, ou un amour aussi. Pour moi c’était Billy, on pouvait tout se dire, lui et moi, c’est comme si on était connecté. Depuis six ans, je n’arrive pas à accepter sa mort, j’ai toujours cru au fond de moi qu’il demeurait toujours en vie. Mais il fallait que je cesse d’y croire ! Trop d’années s’étaient écoulées, et le silence radio était trop long. Lui qui ne cessait de m’envoyer des lettres.
Je déambulais dans les allées, oubliant presque ce pourquoi j’étais venue. Je m’arrêtai, les yeux embués, devant un marchand de fruits et légumes.

« Bonjour, je vous prendrais six belles tomates, une aubergine, deux courgettes, deux beaux oignons, et ce bouquet de carottes, merci. »

Le marchand s’exécutait, récupérant les produits demandés dans ses caisses afin de les déposés dans des sacs plastiques qu’il me tendit. Je m’apprêtai à lui donner la monnaie lorsque mon regard se posa sur un autre client du marchand. Bizarrement, son attitude m’était familière, ses traits aussi. Lorsque sa tête se tourna dans ma direction, mon visage se figea instantanément. Mes muscles, se raidirent me faisant tomber au sol la monnaie que je m’apprêtais à donner au vendeur. On aurait dit que je venais de voir un fantôme…

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




❝ Invité ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Re: Comme un fantôme du passé [Billy] Dim 2 Aoû - 2:42


Je n'ai pas vu ma soeur en dix ans, en dix ans je n'ai, selon moi, pas pu être présent pour elle. Oui la correspondance était présente et impossible à interrompe, parfois je lui envoyais même des photos de mes sutures en lui disant : Regarde ça! Ton frère est indestructible! Oh ouais je lui le meilleur Liz'! Tu vas voir je vais revenir en un seul morceau! Il y a six ans, tout à changer. Mon unité a été assassinné sous mes yeux, j'ai su m'en sortir une balle à la base de ma nuque pendant quelques semaines jusqu'à ce qu'un bon samaritin me ramasse pratiquement mort sur le bas de sa porte. Par chance, il était un ancien médecin par le passé et il a sut me soigner. Parcontre, il a fallut que je quitte son village, c'était ce qu'il m'avait ordonné. J'ai fuit pendant environ un an, sans pouvoir me poser une seconde et reprendre contact avec elle. Je savais très bien qu'elle s'inquiétait et je ne supportais pas. Au seul moment de faiblesse, ou je m'arrêtai pour envoyer un message à la base pour leur dire qu'après cette années de fugue, de survie, j'étais toujours en vie, je me suis fais prendre. Malheur sur ma famille. Pour eux j'étais sûrement mort et je me souviendrai toujours à quel point mes bourreaux ont eut de la difficulté avec moi. Je me répétais sans cesse : Allez B, tiens le coup, tu dois rentrer, tu l'as promi à Liz' T'es indestructible! T'es le meilleur! Honnêtement, je suis mort quatre fois dans ces deux années de torture, mais il m'ont ramené à la vie puisqu'il tenait aux réponses à leur question. J'étais trop fort pour eux, fort grâce à elle.

Elizabeth Davis, Liz' Depuis mon arrivé à Burlington je n'ai qu'elle en tête. Sachant très bien, par Roxy qu'elle me croyait mort. En réalité, tout le monde me croyait mort! La joie de découvrir ça quand tu rentres au bercail. J'avais beau chercher ma soeur sans réussir, je me disais qu'elle reviendrait vers ses enfants, elle ne pouvait les avoir quitté comme ça. Elle devait avoir une raison pour avoir divorcé et surtout avoir quitté ses enfants. Oui, j'avais quitté ma fille, mais je n'avais pas eut le choix, sa mère m'en avait empêcher et depuis qu'elle est de retour dans ma vie, je ferai tout pour la garder. J'ai beau y penser sans cesse, rien de mieux que vésité des lieux qui me fait penser à elle. Aujourd'hui, c'était le Marché. Le roi des bêtises était de retour! Faites attention à vos légumes et fruits mes chers, puisque la tournade Bailey est la pour vous dévaster. Déjà à l'entré, je ne peux m'empêcher de sourire. Dix ans c'est trop long, beaucoup trop long, je veux la voir, pas demain, pas la semaine prochaine, MAINTENANT! Je me sentais devenir fou sachant qu'elle me croyait encore mort. Je me disais que peut-être elle me verrait durant un combat à la télé et débarquerait, mais non. Je devais faire quelque chose de plus poignant pour la retrouver. Je songeais quitter la ville, malgré les conseils de Clayton, mon frère, l'aîné de nous tous. Quitter la ville pour la retrouver, mais laisser les Hopkins comme l'avait fait Liz', pas question, c'était un choix plus dur que je ne le pensais. Je les aimes biens les gamins, mais j'aime encore plus ma soeur. Je faisais les cents pas dans les allées, sans pour autant regarder les stand, jusqu'à ce qu'un stand d'épices saisies mon nez. Je m'arrête et m'en approche. Des épices fraiches, rien de mieux! J'en sens quelques unes et ferme les yeux. Je me rappelle cette journée avec Liz', Je courrais loin devant elle et je ne regardais pas où j'allais que j'avais heurté un kiosque à épices et qu'une partie d'entre elles m'étaient tombé dessus. Liz' en avait rit pendant des semaines que je sentais à plein nez! j'esquisse un sourire et les tend une à une au marchand. Au même moment, une voix m'attire sur le kiosque voisin. Je reste fixe un instant, elle m'est familière, trop familière. Je lève les yeux et croise son regard à elle. Mon coeur s'arrête, le temps s'arrête, tout se fige. Je n'arrivais pas à le croire, elle était là. Elle était revenu. J'eus un sourire étrange qui fendait jusqu'aux oreilles. Ma gorge se sert, je l'ai retrouvé! Elle est là. Suite à de longues minutes immobile, j'oublis complètement les épices et me faufile à travers les autres clients pour me rendre jusqu'à elle. « Lizzie... » Je glisse mes mains de chaque côté de son visage la scrupte de gauche à droite, de haut en bas, j'ai le regard brûmeux. Je la tire vers moi, ferme les yeux et lui embrasse le front, de la même façon que je l'avais fait avant de partir et la sert dans mes bras. Je n'en avais rien à foutre qu'elle me repousse ou qu'elle me frappe, j'avais besoin de la serrer dans mes bras.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




❝ Invité ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Re: Comme un fantôme du passé [Billy] Dim 2 Aoû - 13:45

Comme un fantôme du passé
« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis », V. Hugo
Billy ✧ Liz’


Une étreinte, une odeur revenue du passé pour me hanter. Je n’y croyais pas. Voilà des années que j’avais attendu de retrouver ce fantôme du passé, et pourtant jamais il ne s’était présenté à moi. J’avais fait des recherches à en devenir dingue, je scrutais les annonces du pays entier afin d’y trouver peut-être un nom, celui de mon frère. Tant d’année à faire le deuil, tant d’années à accepter cette perte que j’avais, malgré ces six années, encore tant de mal à réaliser. Je m’étais forgée une carapace, j’avais beaucoup changé en six ans. Il faut dire que la mort de Billy m’avait brisée de toute part.

Abasourdie, je ne dis mot lorsque cet homme qui ressemblait étrangement à mon défunt frère me pris dans ses bras et me déposa un baiser sur le front. C’était dans les habitudes de mon frère d’apposer ses lèvres sur mon front avant de me prendre dans ses bras. Comment cet homme savait-il ? Comment connaissait-il cette habitude que nous avions autrefois ? Mon corps ne répondait plus, mes muscles étaient raidis, et mes yeux toujours grands ouverts, comme choqué de quelque chose qu’ils ne s’attendaient plus à revoir un jour. Mes jambes rêvaient de se dérober sous mon poids mais je me ressaisie afin de ne pas flancher. Mon cœur cognait contre ma poitrine à s’en décrocher, j’avais la nausée. Il saisit mon visage de ses deux mains, et c’est là que je le vis. Ce n’était pas possible, la ressemblance était troublante. Je ne me sentais pas bien, je craignais le moment où mon estomac allait rendre tout ce qu’il avait, mais le visage livide, je plongeai mes yeux azur dans les siens.

« Billy ? Billy c’est toi ? »

Des larmes commençaient peu à peu à perler mes joues. Comment était-ce possible ? Etait ai-je en train de rêver ? J’avais l’impression de passer dans un rouleau compresseur tant le choc était brutal. Je me dégageai de son étreinte, passant par tous les sentiments possibles et inimaginables. J’éprouvais de la joie face à la découverte de ses traits que je ne pouvait accepter de perdre, mais aussi de la tristesse face à la pensée de toute ses années à attendre un signe de sa part qui n’était jamais venu, de la colère, car durant ses dix dernières années je ne l’avais pas revu, il m’avait abandonné, mais pire encore, il m’avait laissé faire face à sa mort. J’aurais dû savoir qu’il était en vie, il aurait dû me le dire, par tous les moyens !
Ah que la nature humaine est étrange ! Durant toutes ses années, j’avais rêvé ce moment, les choses que je lui dirais, l’étreinte chaleureuse que je lui donnerais. Mais en réalité ce n’est pas du tout ce que je fis. J’étais en colère, et au lieu de profiter de l’instant présent avec mon frère, je me devais de lui faire au moins un peu mal, comme lui m’avait fait si mal. Je lui donna un coup de poing sur le torse. Je ne pense pas qu’il ai eu bien mal en recevant le coup, mais celui-ci témoignait de la colère que je pouvais ressentir face à cette si longue absence.

« Je te croyais mort Billy !!! Tu sais ce que ça signifie ??? MORT !!! Je croyais ne plus jamais te revoir !!! Pourquoi ne m’as –tu pas contacté plus tôt ! Pourquoi ce silence durant ses six longues années ???? »

A mesure que je lui criais dessus, des larmes coulaient tel un torrent, si bien qu’elles vinrent inonder le creux de mon cou. Je ne prêtais plus attention au vendeur qui m’observait les yeux écarquillés. Il tenta de se faire entendre pour que je le règle et que j’aille discuter ailleurs, ce qui me permit de revenir à mes esprits.

« Pardonnez-moi, tenez, merci ! »

Je ramassai la monnaie que j’avais fait tomber au sol, puis la lui tendit, et m’éloignai de l’étalage. Je remarquais un petit renfoncement où nous pourrions discuter tranquillement, sans être importuné.
Là seulement, je me retournai, dévisageant cet être qui ressemblait tant à mon frère. J’attendais des explications…

© Starseed

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




❝ Invité ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Re: Comme un fantôme du passé [Billy] Dim 2 Aoû - 19:30

Sa réaction n'est pas extrême, elle est moins pire que ce à quoi j'aurais pu pensé. C'est dur de lui sourire en la voyant pleurer comme ça, en plein marché. Je croise le regard du marchand que me regard complètement perturbé. On pourrait même croire qu'il croyait au retour à la vie d'un mort. Si j'avais pu, j'en aurais rit, mais non, la situation n'est pas à la rigolade. Je la laisse me frapper gardant la tête haute, retenant la colère que je pouvais avoir en moi. Elle me hurlait presque dessus. Je baisse la tête un court moment avant de la voir s'éloigner. Je me retournai vers mon marchand lui demandant d'une main de me garder mes épices, que je reviendrais les chercher plus tard. Il avait l'air compréhensible avec son large sourire me faisant signe d'y aller. Je me pliai légèrement pour le remercié et me tournant vers ma soeur, elle était déjà lui. D'un pas trotant je la rejoins dans ce coin loin des autres et m'arrêtai au moment où elle me jeta son regard boursouflé de larme. Mon coeur se sert, je n'arrive plus à penser. Elle a droit à des explications et je veux tout lui dire.
Je pousse un soupire noir, je ne supporte pas de la voir pleurer. Ça me brise le coeur, mais pas juste un peu. Je la regarde, moi-même les yeux embrouillés par le début de sanglots. J'aurais préféré des retrouvailles plus tôt, beaucoup plus tôt, sans ce six ans de distance sans même se voir, s'entendre ou même de nouvelles. C'était trop dure, autant pour elle que pour moi. Comment lui dire que ce que j'avais vécu loin d'elle là-bas. Comment lui dire qu'elle m'avait gardé en vie pendant tout ce temps. Comment lui dire que j'aurais voulut lui donner des nouvelles. Je n'attendais que ça, mais je n'ai jamais eut l'occasion durant ma fuite et encore moins quand je me suis fait séquestré. Alors je pris mon courage à deux mains, espérant que les mots sorte de façon convenable et d'une voix douce et calme, baquelé par un noeu à la gorge, je commence. « Je l'ai été Lizzie... Sans toi je le serai toujours. Là-bas, il y a six ans, j'ai perdu mon unité en entier, assassinée. Ce fut déjà un miracle que j'en sorte vivant avec une balle dans la tête. » Par instinct, je porte ma main à ma nuque avec une légère grimace, comme si je la sentais encore. « Théoriquement, je devrais être mort, mais quelque chose m'a garder en vie, quelque chose m'a dit de me battre. C'est toi Lizzie. C'est toi qui m'a gardé en vie jusqu'à aujourd'hui. Je me suis batut pendant près d'un an pour ne pas me faire prendre par l'ennemi. Au moment ou le calme est tombé, j'étais en train de t'écrire, mon coeur hurlait, je savais qu'ils vous avaient dit que j'étais mort et ça me tuait de ne pouvoir rien faire. J'ai baissé ma garde pour pouvoir te rassurer, de redonner espoir, tout simplement te dire que j'étais encore en vie, mais ils m'ont eut avant même que j'ai le temps de la poster. Ils m'ont torturé pendant deux ans. » Je regarde ailleurs et pousse un lourd soupire, avais-je vraiment envie de tout lui dire maintenant. C'était tout de même un gros choque. Lui dire tout ce qui s'était passé durant ses six ans, ce n'était pas facile. Je la regarde à nouveau et cette fois en la regardant droit dans les yeux. Je lui montre quatre doigts. « Quatre. Techniquement, je suis mort à quatre reprises. Je suis revenu des morts ces quatre fois grâce à toi. Je t'ai fais une promesse il y a dix ans, que oui je partirais, mais qu'un jour je reviendrais, peu importe le temps que ça prendrait. » Je m'arrête à nouveau, passe ma main dans mes cheveux et cette fois c'était à mon tour les reproches. Où Est-ce qu'elle était lorsque je suis revenu! Impossible de la retrouvé! Alors le ton monte juste un peu pour lui montré mon inquiétude de ces trois dernières années. « J'ai fait Quantico en entier! Je n'ai trouvé personne! Pas même Clay ou Mika, ou même toi! J'ai fait des millier de recherches pour te retrouver. Tout ce que j'ai trouvé, c'est Charlie et les enfants, mais tu n'étais pas là et il ne savait même pas où tu étais. Ça m'a brisé le coeur de voir notre famille déchiré ainsi, donc c'était hors de question que je les abandonne. » Non c'était loin d'être un reproche contre elle, elle avait sûrement une bonne raison, mais j'étais décu que notre famille se retrouve dispersée. Je sèche une larme sur le coin de mon oeil et regarde ailleurs un instant, je devais me ressaisir. Je reprend alors mon souffle. Je la regarde à nouveau et pose une main sur mon coeur et reprit d'un ton plus doux. « Au fond de mon coeur, je le savais que tu reviendrais vers eux... Donc je suis resté. Espérant. » Je crois que parler de Clay et Mika ne serait pas une bonne idée pour l'instant. Ce serait peut-être de trop pour aujourd'hui. Déjà que mon retour semble beaucoup trop pour elle. Tout ce que je veux, c'est que ma famille soit au complet.


HJ : Je suis désolé c'est pas super et sûrement bourré de faute xD Je suis sur mon heure de repas au travail, je t'arrange tout ça ce soir, mais fallait que je réponds haha xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




❝ Invité ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Re: Comme un fantôme du passé [Billy] Lun 3 Aoû - 14:39

Comme un fantôme du passé
« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis », V. Hugo
Billy ✧ Liz’

Ses paroles me martèlent le corps déjà meurtri par une si longue absence. Je me sens coupable de lui avoir fait des reproches concernant sa disparition, en particulier depuis ses aveux. Les yeux de mon frère s’embuèrent rapidement, tout en m’avouant avoir survécu grâce à moi. Il m’avait effectivement promis, il y a dix ans de cela que, quoiqu’il puisse arriver, il ne m’abandonnerait pas, et qu’il reviendrait tôt ou tard. C’est peut-être cette promesse qui m’a donné tant de mal à faire mon deuil, je n’acceptais pas qu’il ait pu ne pas avoir tenu sa promesse.
Ma posture, initialement accusatrice changea rapidement. J’étais en colère contre moi-même de ne pas avoir saisit plus tôt que s’il n’était pas revenu, qu’il ne m’avait pas prévenu plus tôt, c’était pour une raison bien plus grave que je n’aurais pu imaginer. Mon visage affichait un regard inquiet, totalement perturbé par une vérité que je n’aurais pu deviner : torturer ? Mort ?
Tout cela me faisait froid dans le dos, et à cet instant, je ne regrettais qu’une chose : ne pas avoir pu protéger mon petit frère de toutes ces épreuves… Les mots ne vinrent pas tout de suite, ce ne fut qu’une tendre affection qui vint. J’enroulai mes bras autour du torse de mon frère, le serrant fort, et y déposant ma tête, qui se retrouvait bien en dessous de la sienne.

« Je suis désolée, Billy… Je n’imaginais pas tout ce que tu as enduré. Je suis tellement en colère contre ces gens qui t’ont fait du mal, qui t’ont blessé… Qui t’ont assassiné… »

J’avalai ma salive péniblement… Ces connards avaient bien tenté de m’enlever mon frère… J’aimerais tellement les faire souffrir tout comme ils l’ont fait pour toi…

« Tu ne risques plus rien ? Ces gens sont morts ? Dis-moi qu’ils sont morts ! Dis-moi qu’ils ont soufferts comme ce n’est pas permis ! »

J’avais de la rage dans mes yeux, on avait osé toucher à mon frère ! La tristesse vint alors peu à peu prendre la place de la colère, l’ascenseur émotionnel n’était pas terminé. Des larmes coulaient à flots contre mes joues, une fois de plus. Je ne m’attendais plus à tout ça. J’ai longuement pensé à une éventuelle cavale, mais de là à imaginer qu’il est pu être tué à quatre reprises et revenir d’entre les morts pour tenir sa promesse, c’était bien trop lourd à encaisser. J’aurais tellement aimé lui venir en aide, être là pour lui quand il avait le plus besoin. Moi, tout ce que j’avais fait, c’était me lamenter, et ruiner la cohésion de cette famille. Comme je m’en voulais… Billy me lançai d’ailleurs une allusion à ma disparition des radars de la famille : personne ne savait où j’étais passé. Il faut dire qu’il y a quatre ans, j’avais coupé les ponts avec Clay et Mika. Je n’arrivai plus à leur parler sans penser à Billy, et cela devenait trop dur, j’avais besoin de prendre du recul…

« Oui, j’ai quitté Quantico pour Seattle il y a environ six ans. Je n’ai pas supporté l’annonce de ta mort, et j’ai complètement vrillé… Avec un mari le plus souvent absent, je n’arrivai plus à avancer seule, et j’ai rencontré Noah au travail. C’était un médecin brillant, toujours au petit soin pour moi. Cela faisait un moment qu’il se montrait si dévoué envers moi, bien avant que j’apprenne ta « mort »… Mais j’étais bien dans mes baskets et n’avait pas une seule seconde pensé à tromper Charlie. Jusqu’à ce qu’on m’annonce ta mort… Trois mois après, j’ai craqué, je me sentais si seule, et il était tellement gentil avec moi, et contrairement à Charlie, il m’a soutenu durant cette dure épreuve… Bref, j’ai commis une énorme faute, j’en suis consciente, et j’en ai lourdement payé le prix. Mes enfants m’ont tourné le dos, ils ont refusé de me revoir ou même d’avoir de mes nouvelles. Et bizarrement, comme si je voulais me punir, j’ai accepté leur colère et je me suis effacée de leur vie… »

Je marquais une pause, prenant conscience que j’étais en train de me confier à mon frère, chose que je n’avais pas fait depuis tant d’années… Ce que j’avais toujours aimé avec lui, c’était sa manière de me dire si j’avais bien agit ou non, d’exprimer son opinion sans jamais me juger, et me témoigner, malgré mes erreurs, un soutien constant. Je l’observai, un sourire se dessinait alors sur mon visage.

« Tu m’as tellement manqué… »

Je prenais sa main dans la mienne, la serrant un peu plus fort.

« Je n’ai plus donné de nouvelles à Clay ou Mika depuis près de quatre ans… Je ne supportais plus d’entendre la voix de Clay qui ressemblait tant à la tienne, ou encore certaines expressions de Mika qui me rappelait les tiennes. Tous ces moments, ces souvenirs me ramenaient à toi. Je suis désolée Billy, c’est encore une énorme faute de ma part, je le regrette amèrement mais je n’ai plus aucun moyen de les contacter, et puis j’ai tellement de personnes avec qui je dois recoller les morceaux que je suis un peu perdue… »

Je ne lâchai plus la main de Billy, comme si j’avais à nouveau peur de le perdre…
© Starseed

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




❝ Invité ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Re: Comme un fantôme du passé [Billy] Mar 11 Aoû - 22:59

Lame de couteau, pique à glace, brûlure de cigarette, la torture de la goute d'eau, le fouet, j'avais tout vu ou presque, non, j'avais tout vu, même la mort. Je l'avais même vu à plusieurs reprises et j'en étais revenu, sûrement hurlant le nom de ma soeur, Lizzie à chaque fois. Elle était ma force, ma joie, ma vie lorsque j'étais encore là-bas. J'aurais dut être plus vigilant là-bas ou simplement mourir pour de vrai, j'aurais jamais su que ma famille était déchirée et que mon absence avait détruit ma soeur. Je m'en voulais qu'elle ait quitter sa famille à cause de ma mort. C'était sûrement le cas, c'est ce que j'aurais sûrement fait à sa place. Je suis un Davis, je fais une promesse je la tiens, ce qui a fait que je suis revenu et je finirai par m'y faire et faire en sorte que mon choix était le meilleur. La mort l'a apprit à ses dépends, on ne prend pas un Davis qui a fait une promesse de revenir vers les siens.

Elle m'avait cru mort, ma soeur me croyait mort! Cette histoire me rendait malade, me rendait fou, simplement à y penser et dire que je le vie. Je ne supportais pas, pas même un peu. J'avais cette folle envie de hurler, de frapper quelque chose, de me défouler, mais pas contre elle, ni contre moi, mais contre cet être au dessus de nos têtes qui m'a gardé aussi longtemps loin d'elle. Je lui en voulait, je lui en veut, de nous avoir séparé et si j'étais revenu il y a six ans au lieu d'être dit mort. Tout serait différent aujourd'hui. Liz serait peut-être encore avec Charlie et les enfants. Je me sentais mal de lui avoir bousillé la vie. Je m'en sentais responsable. La rage au ventre, la peur dans les yeux, j'avais envie de pleurer. Elle m'en empêcha à sa façon à elle. La chaleur remplit mon torse, je me sentis revivre, ses bras s'enroule autour de moi et je vois les couleurs revenir. Dans un automatisme, je glisse mes bras autour de ses épaules la serrant du mieux que je le pouvais pour lui montrer que j'étais bel et bien présent, que je n'étais pas un fantôme. Sa tête contre mon torse, mon coeur s'emballe, j'avais retrouvé ma soeur, rien ne pouvait me rendre plus heureux. Non, rien ne pouvait mieux combler se vide qui s'était formé dans ma vie depuis quatre ans que la présence de ma soeur. L'entendre s'excuser me donna envie de rire, mais je ne fis rien de tel.

« Tu n'as aucune raison de t'excuser, il n'y a rien à pardonner Lizzie. La seule personne qui a à s'excuser, c'est moi... Je suis le seul fautif dans cette histoire. Je n'ai pas été assez fort comme le disait papa. »

Mon père disait toujours que je ne serais jamais assez fort, que je n'aurais jamais la force de Clay. Je ne l'avais jamais cru, je passais mon temps à lui rétorquer qu'il n'en croirait pas ses yeux à quel point je serais fort. J'appuie ma tête contre celle de ma soeur et l'embrasse doucement. Mes lèvres dans ses cheveux, j'en profite pour humer son odeur. Je me recule doucement et prend son visage entre mes mains. Je lui souris. Je lui caresse la joue de mon pouce droit. Il s'efface aussitôt apparu. Je n'y avais même pas penser et s'ils cherchaient à me retrouver. Je devais la rassurer pour qu'elle ne s'inquiète pas encore plus. Je fais mine d'idiotie. Je lui fais un clin d'œil et sourit de plus belle. C'était la première fois que j'allais lui mentir et elle n'en saurait rien.

« Tu crois que je les aurais laissé s'en sortir! Personne ne s'en prend à Bailey Davis sans en souffrir! »

Je lance un rire et glisse ma main dans mes cheveux avec un sourire. Je me tais, je coupe le son de ma voix et la reprend dans mes bras. J'en avais besoin. Je ne supportais pas la voir pleurer, donc je la serai plus forte contre moi, je ne devais pas voir son visage couver de larmes, pas en sachant que je venais de lui mentir pour la rassurer. Je devais faire attention de ne pas me trahir. Je devais savoir ce qui s'était passé en mon absence pour qu'elle quitte tout, savoir ce qui s'était produit avec Charlie.

Seattle? Je n'y aurais jamais pensé, c'était une ville que je n'affectionnais pas vraiment. Je savais que j'étais en partie responsable de son départ de Quantico, c'était tout de même inévitable. C'était assuré. Assuré que son coeur sois en morceaux par ma faute. D'un autre côté, Charlie était responsable de son propre malheur. Je l'aime bien Charlie, mais il aurait dû être présent pour elle. Il savait très bien ce que je représentais pour Liz, ou du moins je l'ai toujours cru. Il devait bien voir que nous étions tout de même fusionnel comme frère et soeur. Dire que ce Noah lui avait prit sa place, non je ne supportais pas. Oui, il a soutenu ma soeur à ma dite mort, mais profiter de sa vulnérabilité comme ça, ça me répugne. Ce Noah, je le détestais juste à son nom. Si je le voyais débarquer et s'approcher de ma soeur, je deviendrais fou. Si j'avais à le croiser, il n'aurait aucun droit de l'approcher. Je ne supportais pas que ses enfants ne voulaient plus rien savoir d'elle... Je trouvais cette situation brise coeur.

« Je n'ai pas su te donner la force dont tu avais besoin. Je suis responsable de ton malheur et ne viens pas me dire que c'est faux, car je sais très bien que mon absence à causer plus de souffrance que je ne saurais réparer par mon retour. Sache, Lizzie, qu'à deux on trouvera la force pour redessiner notre destin. »

Elle m'avait tellement manqué, ce lien qui nous uni depuis longtemps est unique et ces années sans elle m'ont meurtri le coeur. Il a besoin de revivre. La voir sourire me réchauffe le coeur et je ne peux pas faire autrement que de lui répondre de la même façon. J'Essuie ses joues de mes pouces et la regarde droit dans les yeux.

« Tu m'as tout autant manqué. »

L'entendre parler de Clay et Mika me fit pousser un soupire. Passant ma main dans ma nuque ne sachant pas quoi dire, je regarde ailleurs un moment. Peut-être que la nouvelle de notre frère et notre soeur l'aiderait plus que je ne pouvais penser. Je lui embrasse la main et la tire doucement vers un banc près de notre position et l'invite à s'asseoir.

« Écoute Lizzie, ils sont en ville. Tous les deux. Clay est arrivé il y a environ six mois. Il m'a vu à la télé durant un combat. Oui, j'ai dit combat, on en reparlera. Mika est arrivé d'Australie il y a trois mois. Il faudra être patiente avec eux. Ils croiient tous les deux t'avoir perdue, comme je l'ai cru ses trois dernières années. Tu leur manques aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




❝ Invité ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Re: Comme un fantôme du passé [Billy] Ven 14 Aoû - 2:25

Comme un fantôme du passé
« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis », V. Hugo
Billy ✧ Liz’


Je ne pouvais pas accepter qu’il puisse une seule seconde se sentir responsable de mes erreurs. Il s’était battu pour sa vie, pour me revenir en chair et en os, ce qui ne lui donnait pas le droit d’éprouver une once de responsabilité face à tout ceci. Je ne pouvais me sortir des bras de mon frère, cette étreinte m’avait tant manquée. Je posais mes yeux sur son visage, ensoleillé par ces retrouvailles.

« Tu n’as pas à te sentir responsable, bien au contraire. Mes erreurs, je les ai faites de mon plein gré, et j’en suis consciente. Arrête de te sentir responsable ! Tu t’es battu pour ta vie, et je t’en suis tellement reconnaissante ! Papa a toujours eu tort et tu le sais ! Tu es fort et tu l’as toujours été. Il a toujours cherché à te mettre la pression, c’était dégueulasse. »J’étais si heureuse de le retrouver, je n’aurais jamais cru cela possible il y a quelques heures. Imaginer un seul instant, revoir mon frère après dix ans d’absence, dans un marché de Burlington, c’était juste insensé.

« Je ne te remercierais jamais assez d’avoir tenu ta promesse. »

Je le serais plus fort encore dans les bras, ne souhaitant jamais le perdre. Je fermais les yeux, humant son parfum que je pensais ne plus jamais sentir.

« Viens manger à la maison, nous serons mieux pour discuter, et puis, tu as tant de choses à me raconter. Et moi aussi… »

J’avais peur au fond de trop en savoir sur ses années de torture, mais je ne pouvais pas les ignorer malgré tout. Je voulais savoir, je le devais. Il fallait que je mette un visage sur ces saletés qui avaient malmené mon frère autrefois. J’étais tellement soulagé de les savoirs six pieds sous terre.

« Dieu merci, je ne pouvais supporter que ces salopards respirent encore ! »

Le timbre de ma voix était bien plus agressif que précédemment. Il changea toutefois rapidement lorsque Billy m’avoua que Mika et Clay étaient présents en ville. J’étais heureuse de les savoir tout près, mais d’un autre côté, si mal de les avoir laissés derrière durant tant d’années.

« J’ai tellement honte Billy, si tu savais… Je n’arrivais plus à entendre le son de leurs voix, et pourtant, je regrette tant de les avoirs laisser derrière. Je les aime, tu le sais ça ? Mais te savoir… mort… Ça m’a vraiment profondément affecté… »


Je marquais une pause, baissant les yeux vers le sol, tout en continuant de serrer la main de mon plus jeune frère.

« Il faut que je les revoit, que je m’explique… Ils doivent tellement m’en vouloir… J’ai vraiment été horrible… »

Des remords, j’en avais à la pelle… D’abord, les enfants, ensuite Mika et Clay, puis Charlie, sans compter Noah… J’en avais des choses à me faire pardonner… Mais je me sentais plus forte à y faire face maintenant que Billy était là…

« J’arriverais à rattraper les choses, je le sais. Je suis bien plus forte maintenant que tu es là… »
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




❝ ❞


MY IDENTITY
RP/LIENS




MessageSujet: Re: Comme un fantôme du passé [Billy]

Revenir en haut Aller en bas

Comme un fantôme du passé [Billy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Comme un fantôme du passé [Billy]
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]
» Crie plus fort, que j'entende ton amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Your Destiny
 :: Le passé nous construit :: 
Saison 3
 :: Rps :: STANIFORD
-